Expédition – Everest

CAMP DE BASE DE L’EVEREST 

Gravir les premiers kilomètres de l’ascension la plus convoitée de la planète et être entouré des plus grandes montagnes du monde est de toute évidence, une expérience exceptionnelle! En novembre dernier, j’ai eu la chance de vivre cette aventure ; la plus belle, mais aussi la plus difficile que j’ai eu à surmonter… Depuis la sortie du film l’Everest, je suis complètement fascinée par l’Himalaya. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussée à inscrire l’ascension de ces mythiques montagnes enneigées sur ma « bucketlist ». Curieusement, je ne suis pas la seule qui a été inspiré par ce film… Dans mon groupe, tous les randonneurs avaient vu le film et plus de la moitié ont lu le livre durant l’expédition. Il faut croire que les meilleures histoires guident nos envies (les plus profondes). Cela dit, parcourir les sentiers les plus convoités du monde demande un minimum d’organisation. C’est pourquoi, j’ai choisi de vous partager quelques conseils pratiques suivi de mon expérience personnelle au camp de base de l’Everest. En espérant, à mon tour, vous inspirer pour le trek de votre vie!

 

Quelques préparatifs avant le grand départ… 

Tout d’abord, vous devez réserver votre ascension. Deux options s’offrent à vous, soit que vous réservez directement au Népal ou que vous réservez préalablement avec une agence d’ici. Pour ma part, j’ai préféré me référer à une agence Canadienne. De cette façon, j’ai pu valider avant le départ les compétences des guides et m’assurer que nous ayons accès à de bons équipements médicales sur place. Cependant, si vous choisissez cette option, vous devez vous y prendre d’avance, car ce voyage demande un minimum et j’irais même jusqu’à dire, un maximum d’organisation! Après avoir réservé, vous devez absolument vous munir d’une assurance voyage, incluant assurance maladie et assurance annulation. Vous vous apprêtez a réaliser un voyage sportif, donc de toute évidence vous vous entraînerez par anticipation et si par malheur vous vous blessez avant votre départ, l’assurance annulation vous couvrira. Cette assurance vous évitera de perdre tout l’argent que vous avez déboursé pour ce voyage. Du côté de votre assurance maladie, vous devez vous assurez que le rapatriement en hélicoptère est inclus et que votre assurance vous couvre pour ce type d’activité, considéré comme un sport extrême! 

Lorsqu’on s’attaque au camp de base de l’Everest, on a tous l’impression de devoir se surmener durant nos entraînements. Soyez soulagé, cette croyance n’est pas fondée! La clé pour bien se préparer à ce type de randonnée, c’est tout simplement de marcher! L’important c’est de marcher régulièrement en montagne dans des sentiers avec des dénivelés en portant sur notre dos, un sac de randonnée pesant entre 5 et 10 kilos. C’est le meilleur entraînement que je puisse vous conseiller.De plus, avant votre départ, je vous suggère fortement de bien magasiner votre assurance voyage, incluant assurance maladie et annulation. Assurez-vous que vous êtes couvert au-dessus des 5 000 mètres d’altitude et que le rapatriement en hélicoptère est également couvert par votre assurance.

Sans compter que durant votre ascension au Népal, vous serez inévitablement confronté au froid. Vous devez donc bien vous préparer avant de partir. Pour ma part, je me suis équipée d’un manteau en duvet, un système multicouche, un coupe-vent en Gore-Tex, un sac de couchage résistant au grand froid (-20 degrés idéalement), un filtre à eau de marque MSR, de bonnes lunettes de soleil, de bonnes bottes de marche, des bâtons de marche, un bon sac à dos de jour, 38 ou 48 litres EJA de marque Osprey, ainsi qu’un sac de sport 90L Transporter de la même marque, dans lequel j’ai mis l’ensemble de mon matériel. D’ailleurs, il est recommandé d’opter pour un sac de sport, car ils sont davantage malléables pour les « Sherpas », c’est-à-dire les transporteurs qui nous assistent tout au long de l’ascension.

«  J’ai surmonté une vague d’émotions, mais j’ai surtout vu des paysages extraordinaires, rencontré un peuple incroyable et mis les pieds sur les plus grandes montagnes du monde! »

Lydiane St-Onge

lire mon histoire

En 2013, je décide de quitter ma carrière prometteuse, ma vie routinière et de vendre mes biens pour partir à l’exploration de la planète et aller au bout de mes rêves.

Mes objectifs : me dépasser tant physiquement que psychologiquement, confronter mes peurs, voyager de façon responsable et aller à la rencontre des peuples qui m’accueillent.

À travers ces pages, j’espère pouvoir vous inspirer pour votre prochain voyage et vous amener à voir le monde différemment.

L’envers du décor…

L’omniprésence de la religion bouddhiste et hindouiste au sein du pays, rend cet endroit enivrant! Pour ma part, lorsque nous sommes arrivés au Népal, le mélange des cultures m’a complètement déstabilisé, et ce, dans le bon sens du terme. Autrement dit, dès les premiers instants, j’ai été charmée par le caractère particulier du pays. Pour tout dire, j’imaginais que le camp de base de l’Everest était une randonnée isolée du monde, loin de toute civilisation. Et bien, j’étais loin d’avoir visé juste. Contre toute attente, nous avons croisé énormément de randonneurs venus des quatre coins du monde et nous arrêtions quotidiennement visiter les villages juchés au sommet des montagnes. Ces rencontres m’ont permises de créer de belles amitiés et d’en apprendre davantage sur le mode vie et la culture du pays.

De plus, je croyais que dormir dans des lodges à l’abri du vent serait une expérience plutôt sympa. Disons que les lodges ont leurs lots d’avantages, par contre, il ne faut pas s’attendre à un hôtel 5 étoiles. En fait, plus nous montons en altitude et plus les conditions des lodges se détériorent. Par exemple, l’eau courante n’est pas disponible à certains endroits et les chambres ne sont pas chauffées. C’est pourquoi il est important d’avoir avec soi l’équipement nécessaire pour demeurer confortable en tout temps. Le grand avantage de dormir dans un lodge est d’avoir à notre disposition des cuisiniers pour nous faire à manger, ainsi nous n’avons pas à apporter avec soi des denrées alimentaires. En passant, la nourriture est un régal, vous ne serez pas déçu! Le personnel qui s’occupe de nous contribue à nous faire oublier les quelques inconforts de ces lieux et nous fait apprécier doublement l’expérience. À vrai dire, la randonnée jusqu’au camp de base de l’Everest fut une expérience tout aussi mémorable qu’inattendue.

En moyenne, nous parcourrons une distance d’environ 10 à 13 kilomètres par jour, ce qui correspond à 6 à 8 heures de marche, et ce, sur une période de 15 jours ( environ 7 jours aller, 7 jours retour). Il est fort probable qu’à un certain moment vous soyez affecté par l’altitude. À ce propos, le mal des montagnes reste encore aujourd’hui un mystère, on ne peut pas prédire qui sera affecté par l’altitude et qui se sentira bien. Malgré l’incertitude des effets de l’altitude sur notre corps, certaines règles peuvent être appliquées afin que l’ascension se déroule bien. La clé du succès est de monter lentement et de ne pas accumuler trop de dénivelés au cours de la journée. Il faut également être très vigilant face aux symptômes d’altitude qui nous habite. Pour ma part, j’ai commencé à avoir des symptômes très tôt dans le trek, mais ils étaient minimes. Ce n’est qu’après avoir atteint le camp de base de l’Everest que mon état s’est aggravé, j’ai donc du être évacuée d’urgence par hélicoptère. Heureusement, j’ai bien été prise en charge à l’hôpital et je vais bien! Avec du recul, je me rend compte qu’il est important de s’écouter et de respecter notre corps lorsqu’on est un adepte de ce type d’activité. Malgré les difficultés cette aventure est l’une des plus belles qui me soit arrivée! Pour moi, le camp de base de l’Everest est a priori ; l’expérience d’une vie!

En somme, j’ai vécu une expérience inoubliable! J’ai surmonté une vague d’émotions, mais j’ai surtout vu des paysages extraordinaires, rencontré un peuple incroyable et mis les pieds sur les plus grandes montagnes du monde! Le jeu en valait la chandelle, je suis littéralement tombée en amour avec ce pays! Et je vous en souhaite tout autant!