Massif des Monts Groulx

Le massif des Monts Groulx, situé au nord de Manic 5, est un lieu abritant une vaste surface de toundra arctique et de forêt boréale, dont une trentaine de sommets dépassant les 1000 mètres de hauteur! Ses sommets offrent des vues sur l’un des plus grands cratères du monde, l’astroblème de Manicouagan, visible de l’espace qui fût créé par un astéroïde, il y a 214 millions d’années. C’est un endroit d’une rare beauté qui s’explore à votre façon et selon vos capacités!

*Pour vous rendre dans ce paradis boréal, il faut calculer environ 4h30 à 5h00 de route à partir de Baie-Comeau où il y aura un 200 km non asphalté; sur du gravier et de la terre battue. Il est fortement recommandé d’avoir un pneu de rechange avec vous. Il n’y a pas de réseau cellulaire, pas de garage à proximité, pas de dépanneur, pas d’hôtel, absolument rien sauf la nature! Yeah! Penser à mettre de l’essence au Motel de l’Énergie juste avant Manic 5, car c’est le dernier endroit où il est possible de le faire.

« Dans cet article, retrouvez tout ce qu’il faut savoir sur la traversée des Monts Groulx! »

Lydiane St-Onge

lire mon histoire

En 2013, je décide de quitter ma carrière prometteuse, ma vie routinière et de vendre mes biens pour partir à l’exploration de la planète et aller au bout de mes rêves.

Mes objectifs : me dépasser tant physiquement que psychologiquement, confronter mes peurs, voyager de façon responsable et aller à la rencontre des peuples qui m’accueillent.

À travers ces pages, j’espère pouvoir vous inspirer pour votre prochain voyage et vous amener à voir le monde différemment.

Activités 

-Randonnée au sommet du mont Jauffret (KM 365) :
 Un total de 16 km aller-retour et 600 mètres de dénivelé positif. Partez tôt, apportez-vous des vêtements très chauds, ne prenez pas cette « petite » randonnée à la légère. Niveau avancé, tout dépendant de la météo et des conditions du sentier. Il se transforme rapidement en vrai ruisseau, donc vous aurez certainement les pieds mouillés tout au long de la journée.

-Randonnée dans le massif Provencher (KM 335) :
Un total de 24 km aller-retour et 600 mètres de dénivelé positif. Niveau avancé à expert. Tout dépendra de l’état du sentier, mais souvent il devient très bouetteux! Apportez-vous des guètes si vous ne voulez pas de boue dans vos bottes!

-Le mont Harfang (KM 348) :
Pour le plus beau point de vue sur le réservoir Manicouagan! Niveau intermédiaire. Une boucle d’environ 8 km et 500 mètres de dénivelé positif (3 h de marche). C’est une belle randonnée accessible avec des sentiers en bon état. Cela se fait très bien par soi-même. Apportez-vous des vêtements chauds pour le sommet!
*Si vous aimeriez être guidés, la Station Uapishka organise de belles sorties avec interprétation au coût de 80$ par pers.

-Expédition ou exploration du réservoir Manicouagan :
Il est possible d’explorer ce réservoir et faire le tour de l’île René-Levasseur (8 jours) en campant à différents endroits. Informez-vous à la Station Uapishka pour la location de kayak ou pour vous donner toutes les informations nécessaires si vous avez votre propre équipement.

-La fameuse traversée des Monts Groulx (4 jrs) :
C’est l’ultime défi des randonneurs aguerris! Un territoire d’autonomie, de nature sauvage, de liberté, de paysages spectaculaires vous attend! Une expérience dans le vrai « wild » du Québec!
Habituellement, les gens le font du nord au sud, en partant par le mont Jauffret et en finissant par le massif Provencher. C’est d’une durée d’environ 4-5 jours (45 km) avec une trentaine de kilomètres non balisés en hors-piste à vous orienter par vous-mêmes. Niveau expert ++

***SVP, faîtes vos devoirs, préparez-vous bien, partez avec un GPS, un téléphone satellite, carte topographique et boussole, prenez des assurances en cas d’évacuation et équipez-vous pour des températures hivernales, même en plein été! Pour tous les infos et conseils concernant cette traversée, voir plus bas.***

 

Hébergements 

Station Uapishka (4 étoiles) :

C’est le seul hébergement officiel dans les environs des Monts Groulx! La Station est un parfait camp de base afin de faire quelques randonnées dans ce magnifique coin de pays ou pour explorer les eaux du cratère Manicouagan! On peut donc faire une expédition de kayak, être guidé pour une rando au Mont Harfang, être basé là afin de préparer sa traversée des monts Groulx, faire de la pêche ou de la motoneige l’hiver. Ici, le paysage est magnifique, les couchers de soleil sont mémorables, la nourriture est bonne, les lits confortables et il y a des douches chaudes (c’est du gros luxe!). C’est un lieu qui prône la parité culturelle; un beau tremplin pour les jeunes innus de Pessamit et on utilise aussi la station pour de la recherche scientifique! Bref une belle mission pour une belle station!

P.S. On peut aussi faire du camping, louer un camp ou dortoir! Et on peut aussi prendre seulement une bonne douche chaude au coût de 5$! Pour les randonneurs ou skieurs, ils font la location de certains équipements très utiles comme un GPS, une balise spot, téléphone satellite et autres accessoires!

Une nuit peut varier entre 115$ à 200$ (repas non compris). Notez qu’il n’y a pas d’accès à une cuisine.

http://stationuapishka.com/

Aventure Uapishka (chez Guy Boudreau!) :
Situé très près du sentier Jauffret aux pieds des montagnes, il est possible de louer une tente prospecteur ou une place dans le dortoir de 6 personnes. Ici, il n’y a pas d’eau courante, pas de douche (il y a un ruisseau plus bas :P), électricité alimentée par des panneaux solaires et un internet limité. Guy est un hôte fantastique et accueillant qui vous donnera des informations précieuses sur les monts Groulx! Il offre aussi un service de guidage pour la traversée autant l’été que l’hiver!

http://www.aventureuapishka.com/aventure-uapishka/

Campings :

-À la Station Uapishka, sur le bord de la plage au coût de 10$ – aucun service sur place, mais vous avez accès à l’auberge (à 1.8km de là) pour les toilettes et internet.
-KM 335 : Au Bivouac à gauche du sentier Provencher (gratuit)
-KM 336 : Grande Gravière (prendre le chemin côté est de la route) (gratuit)
-KM 352 : Camping en forêt à 200m du départ. Il y a un petit lac avec vue sur la montagne. (gratuit)
-KM 365 : Gravière (en face du stationnement avec accès à la rivière Beaupin). (gratuit)

 

Tout ce qu’il faut savoir sur la traversée des monts Groulx 

Attendez-vous à une traversée exigeante mentalement et physiquement. Cela n’a rien à voir avec AUCUNE randonnée dans un parc national ou une SEPAQ. Si vous croyez qu’en ayant fait le sentier des Caps de Charlevoix, le sentier du fjord au Saguenay ou une partie de la SIA, vous êtes fin prêts pour cette traversée, je vous confirme que non!! Haha! Il y a plus de 75% des gens qui rebroussent leur chemin et ce sont majoritairement de grands randonneurs expérimentés. Il y a une raison pour cela… c’est VRAIMENT DIFFICILE! Je vous explique pourquoi dans cet article!

Je ne vous recommande pas de vous lancer dans cette traversée, si vous n’avez jamais fait de randonnée en autonomie, de camping d’hiver et que vous ne savez pas utiliser une boussole. Ce n’est pas ici que vous devez faire vos classes! Prenez le temps de vous informer, de lire, de savoir à quoi vous attendre (même si on ne le sait pas tant qu’on ne le fait pas), de prendre les précautions qui s’appliquent, de tester votre matériel et surtout, surtout, de prendre des décisions sur place qui ne mettront pas votre vie ou votre santé en danger. Si vous doutez de votre capacité, mais que le défi vous intéresse tout de même, il y a des guides expérimentés qui se feront un immense plaisir de vous faire vivre l’expérience. Je dois quand même vous avouer que peu importe ce que les gens m’auraient dit sur cette traversée, j’y serais allée avec un enthousiasme naïf et débordant! Alors si vous êtes aussi du genre à ne pas avoir peur des défis, à vivre de l’inconfort et que vous adorez vous lancer un défi, lisez ce qui suit!

Ceci dit, voici donc un résumé informatif qui, je l’espère, vous permettra de mieux vous préparer à cette belle et grande aventure! N’oubliez pas que le chemin parcouru est aussi important que la destination finale… Mon meilleur conseil? Mettez votre égo de côté, profitez de chaque moment et gardez en tête que l’important c’est de revenir en vie et en santé et non, de compléter la traversée. Capiche?

 

Distance et nombre de jours : C’est un total d’environ 45 km et un dénivelé positif de 1900 m.  En général, les gens le font du nord au sud en 4 jours. Ce qui donne une moyenne de 12 km par jour avec 6 à 8 heures de marche. Attention, ne faites pas l’erreur de croire que vous pouvez faire du 15 à 20 km dans une journée, car vous serez surpris de constater que votre allure est digne d’une tortue! On a calculé de notre côté et nous avions une moyenne de 2 kilomètres/heure et je vous assure qu’on est loin d’être lents dans la vie et plutôt très bien entraînés! Hihi!

Sentiers et orientation :  Il y a un sentier qui part au pied du Mont Jauffret et qui monte jusque sur les plateaux d’une longueur de 7 km environ. Puis après, plus rien pour un bon 35 km jusqu’au début du sentier Provencher qui vous indiquera les derniers kilomètres à parcourir. Il serait bien de planifier des sorties de secours au cas où vous auriez besoin de rejoindre la route 389 durant votre traversée. 

Je vous invite aussi à vous créer votre propre chemin. Vous pouvez toujours vous inspirer de certains tracés GPS disponibles sur internet, mais ne le suivez pas à la lettre. Au fil du temps, si tout le monde suit le même tracé, il y aura formation d’un sentier et cela enlèvera le côté naturel et si unique des Monts Groulx! 

Commandez votre carte topographique des Monts Groulx en avance, elle vous sera très utile!

De plus, il faut absolument savoir comment s’orienter avec une boussole. Si jamais votre GPS ne fonctionne pas, qu’il n’a plus de batterie, que vous l’avez perdu en chemin ou qu’il n’arrive pas à se connecter à un satellite, vous devez savoir comment vous repérer. P.S. Il est important d’avoir une version papier. On ne peut pas toujours compter sur la technologie.

Voici le site internet pour commander votre carte topographique : https://www.amisdesmontsgroulx.com/?page_id=173

Évacuation : Chaque année, plusieurs évacuations sont effectuées dans les Monts Groulx. Les hélicoptères qui viennent à la rescousse des randonneurs partent de Toronto ou des Maritimes. En moyenne, ils prennent 36 heures pour arriver, mais peuvent mettre jusqu’à 3 jours tout dépendant de la météo. C’est soit la SQ, l’armée ou Air Médic (si vous êtes assurés) qui intervient si vous êtes en mesure de les appeler (le téléphone satellite est un must ici). Ne faites pas le saut, ils pourraient aussi vous refiler une facture très salée par la suite. 

Quelles sont les raisons principales de ces évacuations? Les randonneurs se perdent facilement, ils ont des blessures importantes qui les empêchent de continuer leur chemin ou ils souffrent d’hypothermie. 

Téléphone satellite/GPS/cellulaire : Aucun réseau cellulaire de disponible. Il est donc important de louer un téléphone satellite si vous avez une urgence ou que vous avez besoin de vous faire évacuer. Nous nous sommes principalement orientés avec Google Maps en téléchargeant la section des Monts Groulx en avance. Nous avons même placé des points de repère des endroits où nous pensions passer et ce fut notre outil de navigation préféré. Le GPS nous servant à valider notre position si nous avions un doute, mais Google Maps a été infaillible.

Refuges : Il n’y a aucun refuge dans les montagnes, ni d’endroit désigné pour planter sa tente. Ce parc n’appartient à aucune société ou compagnie. Il est donc de notre responsabilité d’y prendre soin lorsqu’on l’explore afin d’appliquer le principe « sans trace ».

Météo : Quand partir? Tout dépend de votre préférence, mais il n’y a pas un moment qui est parfait ou meilleur qu’un autre! À vous de choisir ce qui vous convient le mieux et ce dont vous êtes plus à l’aise! C’est une météo très particulière sur les plateaux, ne tenez surtout pas pour acquis que parce que c’est l’été, il ne peut y avoir de tempête de neige…au contraire! 

Printemps (fin mars – mi-juin) : Il peut y avoir encore beaucoup de neige sur les plateaux. Les raquettes sont donc essentielles jusqu’en fin mai. Les moustiques et mouches font habituellement leur apparition vers la fin juin. Une bonne période si on veut éviter les mouches et qu’on est à l’aise d’évoluer sur un terrain de neige et de toundra.

Été (fin juin – fin août) : excellente saison pour y venir, car la météo est plus clémente. Il peut quand même faire au-dessous de zéro la nuit, alors apportez-vous un bon sac de couchage! Malheureusement, qui dit l’été, dit aussi mouches! C’est pratiquement invivable tellement il y en a. Ce sont des nuages de moustiques et mouches en permanence qui vous bourdonnent dans les oreilles, qui entrent dans votre bouche lorsque vous mangez et qui vous agacent au coucher. Si vous êtes capables de vivre avec cela, sans virer fou, alors GO! C’est de loin, la meilleure période pour y venir côté météo!

Automne (fin août – fin octobre) : On parle d’une saison sans mouche, mais avec une météo très variable! Il peut facilement faire les 4 saisons en une seule journée. Il peut aussi faire très froid. Nous avons eu en mi-septembre des -10 à -15 degrés la nuit et le matin, de la grêle, une tempête de neige, de la pluie torrentielle et quelques éclaircies de soleil. Il y a déjà eu un 30 cm de neige en fin août, donc attachez votre tuque, ça peut brasser! Il se pourrait aussi que vous ayez à apporter des raquettes selon les précipitations annoncées.

Sécurité : Vous êtes responsables de votre propre sécurité. Ici, personne ne peut vous aider rapidement et facilement. Vous êtes en survie. Oui, il est possible de se faire évacuer par hélicoptère, si vous êtes dans une situation très grave. Par contre, sachez que cela peut prendre jusqu’à 3 jours avant qu’un hélicoptère puisse venir vous secourir. De plus, il se peut qu’elle vous refile la facture de plusieurs milliers de dollars. De notre côté, nous avons pris une assurance avec Air Médic si jamais nous aurons besoin d’une évacuation. La SQ de Baie-Comeau vous encourage à vous inscrire sur leur liste afin qu’ils sachent que vous êtes là-bas..

Flore : Épinettes noires et blanches, sapins baumiers, bouleaux à papier, peupliers faux-trembles jusqu’aux alentours de 800m d’altitude. Au-delà du 800m, la forêt devient clairsemée d’épinettes et de sapins et de petits arbustes « bien robustes ».

Terrain/rivières : Bienvenue dans un terrain des plus humides, spongieux avec nombreux lacs et rivières. Vous aurez les pieds mouillés tout au long de votre traversée. Sachez-le! Il n’est pas facile d’avancer dans ce genre de terrain, car vous allez renfoncer à chaque pas et ça sollicite beaucoup les genoux, les hanches et les chevilles. N’oubliez pas de prendre des bottes en gore-tex (ce n’est pas magique, mais ça aide un peu), de bons bas chauds en laine (ou même des bas en néoprène ou gore-tex) et de mettre des guêtres qui vont empêcher que la boue et l’eau s’invitent dans vos bottes! Il y a deux rivières à traverser, dont une qui a un niveau un peu plus haut (aux genoux environ). Il n’est malheureusement pas possible de l’éviter. Si vous faites du nord au sud, vous risquez de la croiser au 3e jour. Soyez prudent, soyez intelligent dans vos décisions, car ici, vous êtes loin de la sortie et loin de l’entrée. Les risques d’hypothermie sont grands. Récupérer sa chaleur peut prendre du temps et pourrait nécessiter de faire un feu de l’autre côté de la rive. Il est cependant très difficile d’en faire un, lorsque tout est humide et détrempé. De notre côté, nous avons pris la décision de rebrousser chemin au jour 2, car on considérait qu’il était trop dangereux de traverser la rivière avec des températures de -10 degrés. 

Animaux : Il y a présence d’ours noirs, de caribous, de loups et autres petits animaux. Il faut donc prendre quelques précautions concernant la nourriture. Ne laissez rien dans votre tente la nuit et éloignez vos vivres en les accrochant dans un arbre ou par terre et idéalement, dans un sac étanche (cela empêche les odeurs de s’en échapper). Un petit truc; ajouter des objets ou un sac en plastique qui pourraient faire du bruit si jamais un petit curieux décidait de fouiller dans votre nourriture. Comme cela, vous serez en mesure de les éloigner avant qu’ils dévorent toutes vos provisions!

Équipements :

  -Outils technologiques : Téléphone satellite et/ou Balise Spot, un GPS, cellulaire, Montre GPS de style Garmin ou Suunto (pour savoir le kilométrage parcouru et la vitesse moyenne), un cellulaire en mode avion avec la carte Google Map prétéléchargée. Une carte topographique en 2 exemplaires et une boussole.

-Camping : Tente 3 saisons ou même 4 saisons, 2 bâches (une en dessous de la tente et l’autre pour se faire un abri cuisine), sac de couchage (-7 degrés au minimum), matelas de sol, brûleur et 2 canisses de gaz, tout le nécessaire pour cuisiner (minimaliste idéalement), de la corde supplémentaire, du savon à vaisselle biodégradable, papier de toilette biodégradable et bon pour l’environnement (ça se trouve dans les magasins de plein air).

-Optionnel: Filet à moustique pour la tête, raquettes, répulsif à ours

-Vêtements : Apportez-vous des vêtements chauds pour faire face à des températures qui peuvent descendre en bas de zéro! 1 à 2 paires de petits gants, 1 paire de gants chauds, tuque, doudoune chaude, 3 paires de bas en mérinos ou laine (ou même en néoprène/gore-tex), manteau de pluie très performant, pantalons de pluie, 1 à 2 kits de vêtements de jour qui sèche rapidement et un kit de nuit au sec (pas de coton), guêtres, casquette ou chapeau, bottes en Gore-Tex, souliers de camp

-Accessoires : Lampe frontale, batteries de rechange, bâtons de marche (très, très utiles), un kit d’urgence pour soigner les blessures et ampoules, sac étanche pour mettre vêtements et sac de couchage à l’intérieur du sac (tout devient mouillé sinon), raincover pour sac à dos (ce n’est pas parfait, mais mieux que rien), gourde d’eau (mettre de l’eau chaude dedans lors des nuits froides et glisser la gourde dans le sac de couchage), réservoir d’eau (on s’assure d’en boire plus), filtreur à eau ou pastille de chlore (l’eau est potable à peu près partout, sauf un ou 2 endroits où il y a des castors), ensemble de couteaux suisses, lunette de soleil, briquet et allumettes, petites serviettes humides pour se laver, crème solaire, huile à moustique, un excellent sac à dos confortable.

-Nourriture : Il faut prévoir un minimum de 4 soupers, 4 lunchs, 4 déjeuners, des collations et barres et planifier de la nourriture d’extra pour une journée supplémentaire au cas où. De mon côté, j’avais des repas lyophilisés pour le souper, des petits fajitas pour le lunch avec végé pâté, des collations (jujubes, barres protéinées, chocolat), du gruau pour déjeuner ainsi que de la tisane.

-Guides : Il existe des guides exceptionnels pour ce genre d’expédition! C’est l’occasion de se sentir encadré et guidé pour cette grande aventure si vous avez des doutes sur votre capacité d’orientation ou sur votre niveau d’expérience face à ce défi! 

Guy Boudreau; un expert qui habite aux pieds des Monts Groulx! Il est adorable et très expérimenté! Une vraie encyclopédie sur deux pattes et un raconteur hors pair!
info@guyboudreau.com

Attitude Nordique : Quelle belle entreprise professionnelle de Baie-Comeau, fondé par un couple d’experts et avides d’aventure! Fred et son chien sont maintenant une légende ici! Ils organisent quelques sorties de groupe aux Monts Groulx à la fin de l’été et début de l’automne, alors réservez tôt!
https://www.attitudenordique.com/

 

Alors après toute cette cascade d’informations, j’espère ne pas trop vous avoir fait peur, mais juste assez! Hihi! Sur une note plus sérieuse, je vous souhaite une superbe aventure dans cette région unique et débordante de beauté!