Les incontournables en Bolivie

« Tour du Salar d'Uyuni et des Lagunas : À faire au moins une fois dans sa vie! »

Lydiane St-Onge

lire mon histoire

En 2013, je décide de quitter ma carrière prometteuse, ma vie routinière et de vendre mes biens pour partir à l’exploration de la planète et aller au bout de mes rêves.

Mes objectifs : me dépasser tant physiquement que psychologiquement, confronter mes peurs, voyager de façon responsable et aller à la rencontre des peuples qui m’accueillent.

À travers ces pages, j’espère pouvoir vous inspirer pour votre prochain voyage et vous amener à voir le monde différemment.

La Paz

La ville étagée entre les 3200 et 4000 mètres d’altitude, est vraiment impressionnante, car elle est au creux d’une vallée entourée de montagnes et de pics de neige. Il y a des points de vue magnifiques. Le transport en commun de prédilection est le téléférique. La Paz, c’est la ville de prédilection pour faire la fête en Bolivie, parce que ça ne coûte vraiment pas cher! Au début, ça peut être déroutant de débarquer à La Paz. C’est littéralement un labyrinthe… le trafic est dense à toute heure, il y a beaucoup d’animation dans les rues, l’air est pollué et c’est un peu chaotique. Mais on finit par s’y habituer. Ne vous découragez pas, cela m’a pris deux semaines… La Paz c’est un bel endroit pour s’imprégner de la culture Bolivienne, les marchés, les cafés, les restaurants et les boutiques y abondent. Faites attention de ne pas confondre cette ville avec la vraie capitale de la Bolivie ; Sucre. La Paz est uniquement sa capitale administrative. 

Petits conseils 101 :

En atterrissant à La Paz, vous arrivez en vérité dans le quartier El Alto, à 45 minutes de la ville. Vous avez deux options de transport coûtant environ la même chose. C’est-à-dire, vraiment pas cher!  Je vous recommande tout de même la deuxième option ci-dessous, car la vue durant le trajet est magnifique!

1. Prendre un taxi jusqu’à votre hôtel et être pris dans le trafic…

2. Prendre un taxi jusqu’au téléférique, descendre à l’arrêt le plus près de votre hôtel et faire le reste à pied, ou prendre un autre taxi.

Gardez en tête que durant les heures de pointe, trouver un taxi est extrêmement difficile. Je vous recommande de prévoir au moins 30 minutes de plus, car il se peut que vous perdiez tout ce temps à attraper un taxi.

Activités:

-Planche à neige: Descendre les pentes d’un glacier à partir de 4500 à 5000 mètres d’altitude. On nous amène en voiture en bas des pentes du glacier. L’ascension se fait à pied avec un sac à dos et la planche à neige sur le dos. Montée d’une heure/ 45 minutes pour 1 minute de descente. Les conditions étaient moyennes quand j’y suis allée, car la neige était granuleuse et le sol était glacé. C’est surtout pour les amateurs de planche à neige qui ont immensément envie de descendre un glacier pour la première fois de leur vie. Autrement, ce ne sera pas la descente du siècle. Soyez prévenue, il faut être en excellente forme physique pour faire cette activité, car monter avec la planche sur le dos jusqu’à 5 000 mètres, ce n’est pas facile! 

-Marcher dans la ville et prendre le téléférique. N’hésitez pas à prendre un tour guidé. J’y suis allé avec « La Paz On Foot » et j’ai adoré. Pas cher et pertinent! Il y a suffisamment de choses à voir pour explorer pendant trois jours. Allez au marché des sorcières, un endroit très touristique, mais fascinant! On peut y trouver des choses vraiment bizarres comme des squelettes de lama et des potions louches… les Boliviens sont très superstitieux et ont toutes sortes de rituels intéressants à découvrir. Profitez-en également pour poser des questions aux « sorcières »! Mais surtout, ouvrez l’œil pour acheter des vêtements en laine d’alpaga. C’est en Bolivie qu’ils sont les plus abordables. Il s’en vend partout au centre-ville! Passez par le quartier de Sopocachi, un quartier riche, où on retrouve des petits cafés européens et des super restaurants! C’est l’endroit parfait pour prendre une pause de l’agitation du centre-ville!

-Escalade dans Aranjuez : Vous aurez une vue de fou sur la ville! Si vous avez votre équipement, allez-y par vos propres moyens( il y a déjà des ancrages) et un autobus local peut vous y conduire.  Le trajet dure environ 45 minutes. Pour ma part, je n’avais pas mon équipement, j’ai donc fait affaire avec la compagnie « AndesXtremo », qui sont de jeunes guides dynamiques, professionnels et fiables. Je vous les recommandent.

-Parapente : C’est une super expérience qui vous donnera des frissons, en plus d’avoir accès à une vue hallucinante! Vous irez jusqu’à 5000 mètres d’altitude. Attention aux cœurs sensibles, j’ai vomi en plein vol! (Mais ça ne veut pas dire que ça va vous arriver. Le guide n’a jamais vu quelqu’un vomir autant que moi.. et non, je n’avais pas pris une brosse la veille!)

-Rappel sur un building comme un super héros : Pour une bonne dose d’adrénaline, c’est l’activité idéale! C’est la compagnie « Urban Rush Bolivia » qui organise le tout. Vous pouvez aussi demander qu’une part de la descente soit carrément en chute libre!

-Marché sur plusieurs étages: Pour un gros repas économique et beaucoup de choix, il faut aller au « Mercado Lanza ». Essayez aussi les smoothies servis dans les sacs de plastique, ils sont délicieux!

-Combat de lutte, cholitas: On peut croire qu’il s’agit d’une attrape touristique, mais je vous le confirme, c’est vraiment divertissant. C’est un combat de lutte, donc tout est scénographié, on y voit des femmes habillées selon la tradition. Les cholitas, avec leurs énormes robes se battent, se sautent dessus et s’en prennent même à des hommes! Elles sont là pour dénoncer la violence envers les femmes en Bolivie. Au départ, elles ont commencé à s’entrainer pour apprendre à se défendre, puis le concept est devenu très populaire. Elles ne sont pas exploitées, elles ont choisi de leur plein gré de devenir lutteuses, et ont toutes un deuxième travail pour survenir à leurs besoins. Il faut y aller dans le but d’encourager ces femmes, ce qui vous donne une occasion parfaite pour sortir en gang, faire la fête en applaudissant les concurrentes et en huant leurs adversaires. (N’hésitez pas à réserver via votre auberge de jeunesse! ) C’est trillant et parfois très confrontant.

– Route de la mort : Si vous êtes à l’aise sur un vélo, c’est un incontournable à faire en Bolivie! Il s’agit d’une descente à vélo de montagne sur un parcours dénivelé de 3000 mètres, sur la route la plus dangereuse du monde à ce jour, en profitant d’un panorama extraordinaire. Cette activité présente des risques considérables, dû aux falaises de plusieurs centaines de mètres qui bordent la route. Des touristes et des locaux y meurent chaque année dans des accidents. Il faut être vigilant, prudent et à l’écoute de ce que vos guides vous diront.

*** Assurez-vous que la compagnie avec laquelle vous faites affaire soit responsable, ait du matériel impeccable et des guides expérimentés. N’hésitez pas à payer un peu plus cher, pour plus de sécurité. J’y suis allé avec la compagnie la plus chère soit « Gravity » et chaque jour ils vérifient la condition de leurs vélos, notamment des freins! Les vélos qu’ils nous prêtent sont en excellente état, de très bonne qualité et la compagnie renouvellent chaque année leur équipement de vélo.

-Vale de la Luna: On a l’impression de marcher sur la Lune, c’est un endroit magnifique! On peut y aller en transport en commun, comptez environ 45 minutes. Je vous conseille d’y passer une journée entière, car il y a de belles randonnées à faire sur place.

HUANYA POTOSI (Pour une expédition)

C’est une expédition idéale pour s’initier à l’alpinisme en atteignant un sommet de 6 088 mètres. Les amateurs de montagne et d’alpinisme avec un minimum d’expérience seront aussi très heureux! Vous devez être en bonne condition physique pour pratiquer ce type d’activité. Il s’agit d’une montée sur deux ou trois jours. Je vous déconseille le deux jours (taux de succès très très bas, car le corps n’a pas le temps de s’acclimater) alors je vous recommande fortement d’opter pour les trois jours.  Assurez-vous d’avoir passé un minimum de 10 jours à La Paz ou d’être resté dans une ville à un minimum de 3 500 mètres et plus. Sinon, votre corps aura beaucoup de mal avec l’altitude en montagne et vous pourrez courir un danger. Le Huayna Potosi est réputé pour être le sommet de 6 000 mètres le plus facile et accessible au monde. Il ne requiert aucune formation préalable. Encore une fois, magasinez et choisissez une bonne compagnie, donc privilégiez des guides certifiés ayant de l’expérience sur cette montagne, possédant un équipement de qualité et fournissant la nourriture (avec capacité d’accommoder les allergies, si tel est le cas).

Voici un aperçu de l’expédition:

Jour 1: Arrivée à 4750 mètres d’altitude en voiture au camp #1, pratiquer la technique d’escalade de glace avec crampons et piolets aux alentours, marcher en cordée, techniques de bases d’alpinisme, OBJECTIF: acclimater le corps, tester les apprentissages, dormir au camp #1.

Jour 2: Randonnée normale en bottes de treck(pas de glace) jusqu’à 5300 mètres jusqu’au camp #2. En général, arrivée en milieu d’après-midi. Le reste de la journée est consacrée à la relaxation. Souper léger sur place par des cuisiniers. 18h: dodo (ou plutôt tentative de dodo, il fait très froid). Minuit: réveil.

Jour 3: Départ 1h00 du matin. Ascension jusqu’à 6088 mètres, donc près de 800 mètres de dénivelé. Lampe frontale, piolets dans les mains et bottes d’alpinisme. Aux environs de 5600 mètres à l’occasion du premier et seul passage d’escalade de glace, beaucoup de gens abandonnent, car cela demande une force physique importante et qu’ils sont fatigués. Après, c’est de la marche sur glace en cordée. OBJECTIF: arriver au sommet pour le lever du soleil.

Mon impression: un de mes plus gros défi physique et mental à vie. J’ai vraiment dû puiser dans des réserves d’énergie inconnues et rassembler tout mon courage jusqu’à la fin – honnêtement, c’était ultra difficile pour moi, mais j’ai trippé de fierté de l’avoir monté et ça valait assurément tous mes efforts! *À noter que cela faisait déjà un mois que je vivais au dessus des 3500 mètres d’altitude et cela ne m’a pas empêcher de subir les conséquences de l’altitude sur mon corps!

***Les expéditions en altitude et la réaction de chacun n’a aucun rapport avec la forme physique, car l’altitude affecte tout le monde différemment, et ce, de jour en jour. C’est donc, imprévisible. Vous pourriez avoir grimpé une fois jusqu’à 5 000 mètres les deux doigts dans le nez, puis ne pas y arriver du tout la fois suivante. J’ai appris dans cette expédition une bonne leçon d’humilité. J’étais la plus en forme de mon groupe et j’ai eu peine à terminer, je suis arrivée en dernier. Et un autre garçon du groupe a trouvé ça hyper facile. Donc c’est tout à fait aléatoire!

*** Faire attention, certains guides veulent faire abandonner leurs clients dans la dernière journée d’ascension pour rentrer plus vite et être payés quand même. Faire confiance à vos feelings dans ces situations, parfois, leurs conseils ne sont pas à remettre en question, mais d’autres fois, oui.

*** Option pour les alpinistes aguerris: l’Illimani! Superbe montagne qu’on peut voir depuis La Paz à 6 438 mètres d’altitude. Pour les alpinistes avancés seulement!

 

LAC TITICACA

Bien que ce lac soit immense, situé à plus de 3 800 mètres d’altitude, il n’est pas pour autant exceptionnel. Je comparerais ce lac aux multiples lac du Québec ; beau, mais pas unique en son genre! Par contre, ce qui vaut le voyage jusqu’à cet endroit et ce qui est d’ailleurs un énorme coup de coeur pour moi c’est de rencontrer les gens qui vivent aux abords du lac, à Santiago de Okola. Leur mode de vie, leurs traditions et le rapport qu’ils entretiennent avec la nature est tout simplement remarquable.  Ce sont les seuls Boliviens avec qui j’ai établi une véritable connexion!

Je ne suis pas allé à Cochabamba, ni à Isla del Sol, qui sont normalement les points touristiques à voir. J’ai plutôt choisi de séjourner chez l’habitant, dans la petite communauté de Santiago de Okola. Durant 3 jours, j’ai vécu au même rythme que cette communauté… nous avons marcher dans les sentiers, faites un tour de chaloupe pour pêcher, tissé, cuisiné, récolté, relaxé, mais surtout j’ai mangé comme une reine! La bouffe est excellente! Ils sont une communauté quasi auto-suffisante, ils se nourrissent donc de ce qu’ils cultivent. Si vous souhaitez en savoir d’avantages à leur sujet, ils ont une page Facebook, vous pouvez leur écrire. Ils parlent quelques mots anglais, par conséquent, leur langue maternelle est le Quechua et non l’espagnol… Ne vous inquiétez pas, on finit toujours par ce comprendre par le biais du langages des signes! Vous pouvez également Booker un trip via « La Paz On Foot ». 

*Aucun transport ne peut vous y conduire, il faut louer un véhicule, ou tenter d’y aller en voyage organisé par La Paz on foot.

 

COROICO 

Ce village situé dans les Yungas, perché sur une colline au milieu d’une grande vallée est tout à fait splendide. C’est un endroit où il fait bon ce promener, relaxer et c’est idéal pour prendre une pause du froid et de l’altitude, car le climat y est tropical.

Activités:

-Visiter la communauté afro-bolivienne : Au village de Cocaña, apprenez le procédé de la culture de la feuille de coca. Les agriculteurs sont super gentils et accueillants! Par conséquent, vous devez vous y rendre par vos propres moyens, il n’y a pas de transport en commun.

-Randonnées pédestre

-Rappel et canyoning : attention de bien choisir votre compagnie, elles ne sont pas toutes recommandables. Personnellement, j’ai eu une mauvaise expérience et j’ai dû mettre fin à la sortie, car je n’avais pas suffisamment confiance en l’expérience des guides.

PARC NATIONAL DE TOROTORO

Le Parc national Torotoro est un incontournable de la Bolivie! Situé à 140 km au sud de Cochabamba, le Torotoro veille à la protection de plus de 2 500 empreintes de dinosaures, datant de 120 millions d’années. Je ne suis pas fan de dinosaures, ce n’est pas un sujet qui me passionne particulièrement, mais cet endroit est absolument fascinant et magnifique! On y voit des traces de dinosaures par dizaines et on peut y faire des randonnées qui mènent à des points de vue splendides sur le canyon. Vous devez compter trois jours complets sur place pour profiter pleinement de cet endroit, voire plus, en excluant le transport. Le parc est accessible par transport organisé en mini-bus nécessitant environ 5 heures de route depuis Cochabamba. Il y a une grande palette de tours offerts, pour tous les goûts, allant d’un niveau facile à difficile, avec même de l’escalade, si vous le désirez.

Activités:

-Dès votre arrivée, il est important d’aller à l’office touristique pour prendre toute l’information sur les tours du lendemain et surlendemain et de réserver votre place. Il n’y a pas d’agence de voyage qui vous permette de le faire à distance ou en avance. L’avantage c’est que vous vous assurez des compétences des guides et évitez toutes arnaques possibles. Vous devrez acheter un permis qui vous autorise un accès au site durant un certain nombre de jours. Le matin de votre randonnée, rejoignez tout le monde devant l’office touristique pour former des groupes de 6 personnes maximum afin de payer un guide à un tarif fixe, en vous séparant les frais. De plus, il est obligatoire d’avoir un guide, on ne peut pas aller dans le parc par soi-même. Il y a également des frais de transport si vous ne possédez pas de voiture. Tous les tours étaient super et varient d’un à l’autre: grottes, canyoning, chutes d’eau, baignade, empreintes de dinosaures, points de vue et formations rocheuses impressionnantes sont au programme. Dans tout les cas, le paysage est superbe, et plus le tour est long, plus vous en aurez pour votre argent! Ne manquez pas la randonnée qui vous amène à la plateforme donnant au-dessus du canyon, un point de vue à couper le souffle!

 

SUCRE

Sucre est la capitale de la Bolivie. Située à 2 810 mètres d’altitude, la ville est charmante, calme et propre. Tous les bâtiments sont blancs, l’architecture de style colonial est de toute beauté! Certains touristes s’y rendent pour prendre des cours d’espagnol. Ceux et celles qui préfèrent la chaleur au froid polaire, alors c’est l’endroit idéale pour vous, à sucre la température est beaucoup plus chaude qu’à La Paz! Je vous conseille d’y rester au moins deux jours, le temps de relaxer et de profiter de la chaleur. Sucre est une ville d’étudiants, vous y ferez la rencontre de plusieurs jeunes et d’expatriés. C’est une ville animée où il fait bon vivre. 

Activités:

-Marcher dans la ville et profiter de son ambiance décontractée et artistique. Découvrir les cafés et les restaurants.

-Prendre des cours d’espagnol. Restez à l’affut des annonces affichées à votre auberge de jeunesse.

 

POTOSI 

En toute franchise,  Potosi située à 4 070 mètres d’altitude soit une des plus hautes villes au monde, n’est pas très jolie et n’a beaucoup à offrir. L’activité la plus populaire à Potosi est la visite de la mine d’argent, l’une des plus grande au monde. Depuis des générations, les hommes travaillent dans la mine pour survenir aux besoins de leur famille. Beaucoup y ont laissés leur vie suite à des problèmes respiratoires qu’ils développent dans la mine, et pourtant, génération après génération s’y engouffre. L’espérance de vie ce ces travailleurs est de 45 ans. Encore aujourd’hui des mineurs y travaillent et les conditions de travail salarial et  santé sécurité, ne se sont pas améliorer. Autrefois, la mine était prolifique et la ville porte encore les traces de ce riche passé, mais aujourd’hui, l’ambiance est triste et sombre. Alors, si la mine ne vous intéresse pas plus qu’il le faut, je vous déconseille de vous déplacez jusqu’à Potosi. 

-Visite de la mine: Pour des raisons de santé (je suis asthmatique) et éthique, je n’ai pas fait la visite. Toutefois, vous pouvez réserver via votre auberge de jeunesse. Les touristes doivent apporter des cigarettes et des feuilles de coca aux mineurs pour les remercier. Mais éviter les agences de voyage dans la mesure du possible. La poussière dans l’air contient de la silice et tous les visiteurs doivent porter un masque pour se protéger (le masque qui vous protège réellement coûte très cher). Beaucoup de gens vont acheter des bâtons de dynamite, que les mineurs font ensuite exploser pour eux, ce qui rend la visite très dangereuse, car les bâtons sont faits maison. Pourquoi faire cette visite? Pour tenter de comprendre la réalité des mineurs et en apprendre davantage sur l’histoire de cette région. Les mineurs travaillent de longues heures (du lever du soleil, jusqu’au coucher), et ce, depuis un très jeune âge, ils ne mangent souvent que des feuilles de coca durant la journée pour couper leur faim, ne voient pas vraiment la lumière du jour, travaillent dans des corridors étroits dans des positions difficiles et non sécuritaires, ils doivent pousser des charriots très lourds. Cette visite vous plongera donc dans leur réalité difficile et comporte un risque pour votre santé, quant à l’air toxique que vous allez respirer. On doit couvrir nos vêtements et porter un masque qui filtre l’air ambiant et certains jettent leurs vêtements après la visite pour ne pas contaminer leur bagage. À vous de juger.

 

SALAR D’UYUNI

À 3 670 mètres d’altitude, la ville d’Uyuni n’a rien de spécial en tant que tel, excepté ses alentours! Ne faites donc pas d’arrêt dans la ville et filez tout droit vers le fameux Salar d’Uyuni, qui est un désert de sel tout à fait remarquable. Des gens viennent jusqu’en Bolivie rien que pour le voir et le prendre en photo. L’endroit est surréaliste! C’est de loin, le plus beau paysage que j’ai vu de ma vie. Attention, le phénomène de la fine couche d’eau au sol ne se produit qu’un mois par année seulement. Ne vous inquiétez pas, même sans eau, le désert est absolument grandiose!. Pour vous éviter de mauvaises surprises, je vous conseillerais de réserver votre tour du Salar d’Uyuni à partir de La Paz. Vous pouvez aussi vous y rendre par vos propres moyens et réserver sur place (moins cher), mais souvent, les auberges sont pleines et les tours aussi. Vous risquez de devoir patienter jusqu’à ce qu’une place soit enfin libre. Prenez le temps de réfléchir à votre destination après le Salar d’Uyuni, car on peut vous proposer de terminer le tour au Chili (San Pedro de Atacama). Et le coup d’œil à San Pedro de Atacama vaut un détour de quelques jours si, en plus, vous décidez de poursuivre au Chili! Et inversement, beaucoup de gens le font en partance du Chili et terminent au Pérou.

Activités:

-Tour du Salar d’Uyuni et des Lagunas : À faire au moins une fois dans sa vie! Les paysages sont magnifiques, inoubliables, il me manque de mots pour exprimer la beauté des lieux. (J’ai fait ce tour par mes propres moyens, en road trip, et vous donne mes conseils à ce sujet plus bas. ***) Voici ce que je sais du tour, d’après ce que d’autres touristes m’ont dit: il s’agit d’une expédition de plusieurs jours (3 à 4 jours en général) en 4×4, donc en petits groupes. La route et les points de vue sont incroyables. C’est un tour purement contemplatif. Vous avez plusieurs arrêts par jour, vous sortez prendre une photo – il fait froid et vente beaucoup-, vous ne restez donc pas longtemps dehors, et repartez de plus belle. L’horaire est prédéterminé et suivi à la lettre, ne vous laissant peut-être pas la liberté de profiter de chaque endroit aussi longtemps que vous l’auriez voulu, mais du moins, vous l’aurez vu!!! L’hébergement se fait dans les guesthouses se trouvant sur la route. La première nuit, vous dormirez à 4800 mètres d’altitude. Le tour vous mène parfois à des hauteurs de 5000 mètres. Apportez un manteau d’hiver.

***Conseils pour faire la visite du Salar d’Uyuni par vous-mêmes: Par expérience, je vous recommande d’être ULTRA bien équipés/préparés. Il n’y pas d’épicerie ou de restaurants dans les environs. Prévoyez 5 à 6 jours d’autonomie en nourriture et en eau. Faites des provisions d’essence avant d’arriver. La nuit, la température avoisine -15 à -20 degrés l’hiver. Si vous décidez de faire du camping et que vous êtes donc des durs à cuire, ayez le meilleur sac de couchage de votre vie et une tente bien ancrée dans le sol, car il vente énormément. Et si vous êtes en saison haute et peut-être même en saison basse, les auberges seront pleines à craquer. Vous ne pourrez pas vous présenter sans réservations. Sauf s’il s’agit d’une situation extrême: il nous est arrivé de nous présenter dans une auberge, car il faisait trop froid (-25 degrés), et ils ont consentis à nous laisser dormir dans un local désaffecté.