02 Mar

Ne faire qu’un avec la nature – Le début d’une grande aventure

J’ai fait la rencontre par hasard d’un homme, Duncan, provenant de l’Angleterre s’étant établi en Colombie, car il était tout simplement tombé en amour avec ce pays et ce, avec raison..! Il est un grand passionné de la nature, des animaux et venait tout juste de démarrer une entreprise qui éduque les gens à la protection et la sauvegarde de la nature ainsi qu’à la survie dans la jungle. Je l’ai écouté raconter ses histoires pendants 2 heures, pendue à ses lèvres. C’est là que je lui ai demandé s’il voudrait faire une longue expédition de 7 jours ou plus avec ma soeur, mon ami et moi. C’était exactement ce genre d’expérience que je recherchais, quelque chose d’inusité, de différent, loin des sentiers touristiques, près de la vraie nature.

À ce moment, est né le projet de s’aventurer dans la jungle profonde, là où personne n’a jamais mis les pieds, sauf des indigènes. Pendant plusieurs jours, Duncan et son stagiaire Swan, ont travaillé intensivement sur la préparation de cette expédition; établir notre trajet, l’équipement nécessaire, le minimum de nourriture pour survivre, les procédures d’urgence si tel est le cas etc. 2 jours avant le grand départ, nous nous sommes rejoints à son domicile, situé dans les montagnes de la Sierra Nevada près de Minca en Colombie. Pendant une journée complète nous avons obtenus une formation sur l’art de survivre en forêt, comment réagir si nous croisons serpents, jaguars ou autres, que doit-on faire si nous sommes blessés gravement et finalement, nous avons pratiqué nos techniques d’escalade et rappel dans une cascade d’eau. Le soir venu, nous avons tous fait nos sac à dos avec le stricte minimum concernant les vêtements, une trousse de premier soins, un hamac, notre équipement d’escalade et notre minime ration de nourriture. Le but étant que notre sac à dos soit le plus confortable possible, car nous allions devoir le porter 8 heures par jour. Pas question de se laver, d’apporter un déodorant, seulement la brosse à dents était autorisée.

Colombie-Sierra-Nevada-Trek-Jour1-site-web-21021501

Cette expédition prenait vraiment forme, j’étais face à cette dure réalité: nous allions réellement apprendre à survivre dans la jungle et le risque était très grand. J’ai eu un moment de doute, je vous l’avoue… la peur s’est installée tranquillement, l’anticipation, j’allais sortir de ma zone de confort comme jamais auparavant.

J’ai peu dormi cette dernière nuit, je réfléchissais à combien cela n’avait rien avoir avec la forêt du Québec. La jungle ne pardonne pas, dense, remplie d’insectes tout aussi dangereux les uns que les autres, des plantes qu’il faut se méfier, des animaux qui ne vous laissent aucune chance sans oublier les serpents, ces créatures que nous allions devoir éviter à tout prix, car elles possèdent majoritairement un venin mortel pour l’humain qui vous tue en moins d’une heure.

5:00 am, tout le monde debout! Dernier vrai repas avant notre longue expédition. Nous revisons nos cartes, notre itinéraire et on établi un plan d’urgence avec la femme de Duncan qui allait attendre impatiemment notre retour à la maison. Les instructions étaient claires: si au 6ème jour, elle n’avait pas encore reçu un appel de notre part (nous quittions avec un cellulaire et nous espérions pouvoir réussir à avoir du réseau depuis le sommet d’une montagne vers le 4ème jour), elle devait contacter l’armé Colombienne et lancer les recherches.

Colombie-Sierra-Nevada-Trek-Jour1-site-web-21021502

Le ventre bien rempli, nous quittons la maison de Duncan. Avec des yeux inquiets, sa femme nous laisse partir avec un signe de la main et un petit sac surprise pour chacun: 2 oeufs cuits et une petite portion de riz et légumes pour le diner. Nous ne le savions pas encore mais n’allions pas être capable de pouvoir s’arrêter pour manger notre riz avant 8:00 pm, lors de cette première journée. Une journée chargée en émotions, de l’action et de l’adrénaline nous attendait comme jamais je ne l’aurais imaginé.

Alors, nous embarquons dans la Jeep qui allait nous déposer près d’une cascade d’eau en plein coeur des montagnes à 1700 mètres d’altitude. C’était le départ!!!

Durant le trajet de 2 heures, Duncan nous rappelle les 5 règles les plus importantes:

1-Toujours regarder où est-ce que vous mettez vos mains et vos pieds (serpents, scorpions, araignées, fourmis, arbres et plantes avec longues épines etc)
2-Ne JAMAIS marcher pieds nus
3-S’entraider et être un groupe solidaire, uni, car notre survie dépendra de chacun
4-16h00: Peu importe l’endroit, on doit s’arrêter et établir notre campement. La nuit vient trop vite.
5-Ne pas sauter, courir, ou prendre des risques inutiles… un accident est vite arrivé et même une jambe cassée peut vous causer la mort. À plusieurs jours de marche d’une route ou d’une maison, aucun réseau cellulaire, on oublie les secours.. nous sommes nos propres médecins, infirmiers et sauveteurs. Alors soyons extrêmement prudent!

Sur ce discours « encourageant », je regarde défiler les montagnes sur ce chemin de terre sinueux et je prie que l’ont puisse s’en sortir tous vivants et surtout avec en mémoire, des moments exceptionnels et une expérience enrichissante et positive. Faire « un avec la nature » c’est exactement ce que nous allions apprendre à faire et surement plus rapidement que l’ont le croit…

Colombie-Sierra-Nevada-Trek-Jour1-site-web-22021508

Laissez un commentaire